logo Digital Belgium

L’agenda numérique de la Belgique est enfin là!

Lors de la mise en route du gouvernement Michel, Le ministre Alexandre De Croo a pris en charge le secteur de l’agenda numérique. Après quelques mois de réflexion et de réunions « digital minds for Belgium », qui est en réalité un collectif qui réunit une vingtaine de professionnels ayant une importante expérience dans le numérique, c’est avec ces « influenceurs » que M. De Croo a défini les grands axes de ce plan.

Quel est le but de Digital Belgium? Le ministre a expliqué que ce plan visait à amener la Belgique dans le top 3 des pays européens les plus avancés dans le numérique d’ici 2020. Il ambitionne également de créer au moins 1000 start-ups et 50 000 nouveaux emplois dans tous les secteurs touchés par Digital Belgium.
Digital Belgium repose sur cinq grandes priorités qui sont : les infrastructures numériques, la confiance dans le numérique et la sécurité numérique, l’économie numérique, les pouvoirs publics numériques, les compétences et emplois dans le numérique.

D’ailleurs, dès que l’on ouvre le fichier PDF expliquant « Digital Belgium », le premier paragraphe résume assez bien l’évolution de l’économie numérique, le voici :

« Les technologies numériques changent notre économie et notre société à un rythme soutenu. La révolution numérique apporte avec elle de nombreuses opportunités nouvelles et sera dans les prochaines années l’un des principaux moteurs de croissance, d’emplois et de bien-être. » source: digitalbelgium.be

Zoom sur les différentes priorités de l’agenda

L’économie numérique

A fond pour les start-ups
La Belgique n’avait pas réellement de vision pour les start-ups, le gouvernement a bien compris que les géants du numérique de demain naissent aujourd’hui. Celui-ci va essayer de pousser les épargnants à investir dans des start-ups qui ont pour l’instant du mal à attirer le capital et à financer leur croissance. Un plan start-ups vient de voir le jour (30 mars 2015) avec la mise en place d’un système de tax shelter, des incitants fiscaux pour le crowdfunding et des coûts salariaux amoindris (exemple: au cours des premières années d’activités, les start-ups seront dispensées du versement d’une partie du précompte professionnel appliqué aux salaires).

Législation compatible avec le numérique
Beaucoup d’obstacles légaux entravent la route des entreprises et des consommateurs qui veulent passer au numérique. Le plan va essayer d’éliminer ces obstacles en offrant un cadre juridique aux modèles économiques novateurs.

Plateforme e-commerce
Ce n’est pas nouveau, la Belgique est en retard en ce qui concerne l’e-commerce. Le plan promet la mise en place de discussion avec les pouvoirs publics et le secteur de l’e-commerce afin d’élaborer des solutions pour les différents problèmes du secteur.

E-facturation
Les pouvoirs publics imposeront systématiquement à partir de 2016, les factures électroniques à ses fournisseurs. Ils espèrent que d’autres entreprises prendront exemple sur eux. Ne vous inquiétez pas, on y est déjà chez XIPI. Le plan souligne que la communication papier doit rester possible.

E-signature & e-archivage
Ils vont créer un cadre cohérent pour l’utilisation de la signature électronique et différents services de confiance comme les timbres électroniques, l’authentification de sites internet.

Infrastructures numériques

Lors de nos précédents articles, nous sommes déjà revenu sur le trafic mobile, le gouvernement nous informe que celui-ci double chaque année, le trafic internet tous les deux à trois ans.

Stimuler le très haut débit
Digital Belgium souhaite que la Belgique reste à la pointe du haut débit, le plan promet d’en réduire les coûts et l’administratif, ce qui va encourager les opérateurs à poursuivre l’investissement dans leur infrastructure.

Des marchés postaux et de télécommunication dynamiques
Grâce à l’IBPT, le citoyens et entreprises ont déjà vu un changement radical dans le secteur télécoms ces dernières années. L’agenda souhaite continuer dans cette direction, c’est à dire pouvoir changer d’opérateur facilement et profiter des services intéressants et innovants à des prix corrects.

HUB numérique pour les entreprises
Le gouvernement (via Digital Belgium) veut faire de la Belgique une des plaques tournantes du numérique en Europe avec des infrastructures attractives dans les différents domaines du numérique.

Compétences et emplois numériques

Alliance pour les compétences et les emplois du numérique
La Belgique va concevoir une alliance pour les compétences et les emplois du numérique. Les pouvoirs publics/secteur privé lanceront des initiatives pour tous les citoyens, quel que soit leur âge, chacun doit avoir la chance d’améliorer ses compétences dans le domaine du numérique.

Inclusion numérique
Venir à bout de la fracture numérique, c’est leur objectif. Internet doit pouvoir être accessible à tout le monde.

Internet mobile pour tous
La Belgique est en retard dans le domaine de l’internet mobile. Le gouvernement veut convertir le retard en longueur d’avance. Une campagne va bientôt informer les citoyens sur les avantages de l’internet mobile.

Confiance dans le numérique et sécurité numérique

S’attaquer aux contenus illégaux et aux pratiques illégales
Le gouvernement veut garantir la même protection en ligne que hors ligne. L’agenda propose d’élaborer un cadre juridique moderne pour protéger les internautes.

Un environnement en ligne sûr et qui respecte la vie privée
Ils soutiennent les initiatives de sensibilisation des enfants, des adultes et des entreprises aux bonnes pratiques du web.

Cybersécurité
La création d’une stratégie cybersécuritaire pour la Belgique est prévue. Elle englobera la sécurité des informations et des réseaux ainsi que la lutte contre la cybercriminalité. Le centre de cybersécurité prévoit un plan d’urgence et de crise.

Pouvoirs publics numériques

Portail numérique
La création d’un portail pour pouvoir déclarer à l’administration tous les évènements de la vie par voie électronique. L’agenda prévoit la création d’un portail unique pour pouvoir permettre aux citoyens d’utiliser les services des autorités fédérales.

Entreprises et start-ups
Un accent va être mis sur le développement d’un processus numérique pour la création d’entreprises et les modifications administratives ultérieures.

Les mots de Charles Michel, Premier ministre:
« Les perspectives de croissance dans le numérique sont vertigineuses. C’est un défi enthousiasmant qui nous attend, mais aussi un défi phénoménal. Digital Belgium va renforcer notre pays et générer de la croissance et de l’emploi ».

Conclusion:
C’est une excellente idée que le gouvernement a eue. La Belgique est en retard, nous devons tout faire pour rapidement résorber ce retard, notamment sur la création de start-ups et en matière de cybersécurité. Rome ne s’est pas fait en un jour, mais aujourd’hui, on avance.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Digital Belgium, voici le site: http://www.digitalbelgium.be